Définition de la cyberaddiction/cyberdépendance

« Qu’est-ce que la cyberaddiction/cyberdépendance ? »


Actuellement, les qualificatifs les plus souvent utilisés pour définir un usage problématique des jeux vidéo ou d’Internet sont ceux de « cyberaddiction » ou de « cyberdépendance ». Le « cyber » de cyberaddiction et cyberdépendance fait référence aux différents usages possibles d’Internet (voir FAQ relative). Quant aux concepts d’addiction et de dépendance, qui sont souvent utilisés comme des synonymes, ils définissent en fait des caractéristiques cliniques quelque peu différentes.

Stricto sensu, on parle de dépendance lorsqu’une personne présente deux types de symptômes : des symptômes de sevrage, à savoir une irritabilité ou de la nervosité lors de l’arrêt de la substance ou du comportement en cause, et des symptômes de tolérance, c’est-à-dire le besoin d’augmenter les doses de substance ou de comportement en cause, pour atteindre un état émotionnel satisfaisant. Dans l’addiction, on retrouve, en plus de ces symptômes de sevrage et de tolérance, des éléments de compulsion (répétition des comportements avec une recherche d’échappatoire) et des éléments d’impulsion (perte de contrôle de la pratique, conséquences négatives).

Le contact avec les personnes présentant un usage problématique des jeux vidéo ou d’Internet nous révèle que toutes ne présentent pas ces caractéristiques. Il semble que dans certaines situations, la pratique excessive d’Internet ou des jeux vidéo soit plutôt à comprendre comme un symptôme parmi d’autres dans un contexte de troubles de l’adaptation (une adaptation difficile à un nouveau contexte de vie, par exemple des difficultés d’émancipation du nid familial à l’adolescence ou au début de l’âge adulte), ou en présence d’autres difficultés émotionnelles plus ou moins sévères (anxiété, dépression, troubles de personnalité).

En l’état actuel des connaissances, il paraît donc prudent de garder un certain recul par rapport à l’utilisation des termes de cyberaddiction ou cyberdépendance, qui semblent adaptés pour une partie seulement des personnes présentant des difficultés à contrôler leur pratique de jeux vidéo ou d’Internet.

bandeau bottom CJE - Centre du jeu excessif UNIGE - Université de Genève IMSP - Institut de Médecine Sociale et Préventive CHUV - Centre Hospitalier Universitaire Vaudois